• By Lulu
  • 12 octobre 2017

Focus sur les Gygabyte Marines

Focus sur les Gygabyte Marines

Les Worlds 2017 ont bien commencé et la première semaine s’est achevée. Se déroulant cette année en Chine, les équipes occidentales veulent bien figurer dans cette compétition qu’elles n’ont plus gagnée depuis la première édition. Cependant, les équipes coréennes menées par les triples vainqueurs SKT et les Longhzu Gaming, champion de Corée en titre sont encore favorites. Les équipes chinoises, portées par leur public auront cependant leur mort à dire. Nous avons décidé de suivre cette année une équipe moins connue, issue de la GPL (ligue d’Asie du Sud-est), les Gygabytes Marines. Cette équipe n’a pas gagné son ticket lors des phases de Play-in, mais l’a validé lors des derniers MSI où elle avait forte impression. Novices dans ces championnat du monde, les joueurs vietnamiens ont retenus notre attention grâce à leur style de jeu réputé agressif et leur capacité à créer des surprises.

 

Jour 1

Gygabyte Marines hype le début des Worlds !

 

24 minutes et 7 secondes. Les Marines n’avaient auparavant jamais gagné ni jamais joué aux championnats du monde, et pourtant il ne leur a pas fallu longtemps pour mettre à terre, de manière convaincante les Fnatics. C’est à peine le temps pour les joueurs de compléter deux items, IRL vous n’avez même pas commencer à suer à la salle. Au-delà du résultat qui est un exploit en soi, on retiendra également la manière : une game spectaculaire à regarder, une victoire qui nous hype malgré la défaite d’un de nos champions européens. Les Worlds commencent bien et cet upset nous met l’eau à la bouche !

Rétrospectivement, on a beau réfléchir ou tenter de trouver des signes pour dire avec un air faussement assuré « Je l’avais dit ! » (à moins d’être d’une mauvaise foi encore plus salée que Sardoche)… ce match a été une surprise qui a sonné la scène de League of Legend. Les Gygabytes ne sont pas des inconnus, ils nous avaient déjà surpris au MSI de cette année en prenant des Games à TSM (3), G2 (1) et Flash Wolves (1), des équipes venant pourtant des régions majeures et avec déjà une grande expérience internationale (si, on vous jure que TSM a déjà participé aux Worlds !). Ils nous avaient montré une capacité d’early game très impressionante et des phases de snowball efficaces. Si la transition en mid game était parfois hésitante, on pouvait cependant admirer le skill individuel et collectif des joueurs Vietnamiens et leur résilience dans le late game pour tenir tête à leur adversaire. Concernant les Fnatic, si tous les signaux n’étaient pas au vert malgré une saison régulière à rouler sur l’Europe, leur défaite en demie finale contre les Misfits ainsi que la game concédée aux Young Generation (encore des Vietnamiens) lors de la phase des Play In assombrissaient quelque peu le tableau. Pourtant, FNC restent sur 3 Bo5 remportés d’affilé, et dispose de trois joueurs d’expérience ayant déjà joué aux championnats du monde (Soaz, Rekkles et Jesiz). La question se pose-donc, comment expliquer cette victoire inaugurale des Marines ? Plus qu’invoquer des raisons extérieures à la game (fragilité de la macrogame FNATIC) ou contingente au jeu (format Bo1) il faut avant tout analyser avec détails ce qui s’est déroulé durant cette partie.

 

La phase de pick et ban : une compo classique, un Nocturne et un support sans flash

 

La première phase des Picks et Ban n’a pas été très surprenante. Les FNC s’assurant un match up favorable en botlane avec un Duo Karma-Varus doté d’une bonne portée et d’une capacité de poke importante, tout en mettant la main sur Ryze, un top pick de ces mondiaux après son up. Il a en effet été pick dans l’intégralité des matchs de cette première journée (sauf durant la game Samsung-G2 où ses derniers ont décidé de le ban). Ce qui révéla en passant la position de la Karma, n’étant plus guère joué au top (sauf par Huni en SoloQ). Les Marines quant à eux mirent la main sur des picks également solides, faisant partie de la méta : Galio, Lulu et Tristana. Des picks pouvant faire très peur en late game et en teamfight, ce qui a peut-être bait les FNC, sur anticipant une compo scaling orientée sur un late game… qui ne sera jamais atteint. On observa également qu’après la second phase de ban, 3 junglers métas avaient déjà été retirés (Jarvan, Gragas et Sejuani)… Ce qui n’effraie pas du tout Levi, le jungler des Marines qui décide de révéler son pick Nocturne, dans la lignée de ce qu’il avait montré sur la scène internationale jusqu’alors : des picks assassins pouvant one shot les Carry adverses. Les Fnatic répondirent avec une Elise et un Maokai. Pour avoir au finale une composition très classique.

Le Maokai offrant un énorme tanking (sauf quand il est lvl 1, no spoil) et Elise devant pouvant apporter une bonne pression en early game. En derier pick, les Vietnamiens décidèrent de prendre Kassadin, encore un champion plutôt late game. Et c’est lorsque la game fut sur le point de se lancer, que casteur et spectateurs découvrirent avec joie, étonnement ou scepticisme que le support Nevan avait choisi comme summoners spell un (très) agressif Heal/Ignite (au moins, il ne pourra pas flash dans un mur). Ni une erreur, ni un troll, ce fut le premier signal d’une possible clown fiesta sur le point de naître.

 

L’early game : une phase travaillée de la part des Gygabyte Marines

 

On reproche souvent aux plus petites équipes une macro game peu convaincante, avec des choix stratégiques contestables. Pour prendre ce stéréotype à défaut, sans pour autant nous ôter le soupçon d’une possible erreur, les Vietnamiens optèrent pour une stratégie peu commune. Tout d’abord un swap lane intelligent pour éviter un match up désavantageux en botlane et donner du temps à Tristana de scale mais surtout le choix du Galio d’Archie de double jungle avec le Nocturne. Mais, là où l’XP est d’habitude partagée, c’est le jungler qui a pris l’intégralité des camps pour avoir un avantage en XP conséquent. La première escarmouche survint rapidement, avec un dive en 5 contre 3 dès la minute 3 en Botlane initié par les Fnatic, et cela alors que les toplaners étaient tous deux encore niveau 1 (ne tentez pas ça chez vous). Si les Européens prirent le premier sang, tout n’était pas parfait, Broxah ratant notamment son premier cocon et Jesiz perdant son flash de manière un peu stupide.

Soaz mourut ensuite de manière discutable, oubliant peut-être que malgré les 5 min de jeu il était toujours niveau 1 sur son Maokai. Il se fit tuer sous sa tour sans aucun respect par le duo Bot qui totalisait à eux deux 7 niveau de plus que lui. Broxah fut preuve cependant d’une belle présence pour ne pas rater son deuxième cocon et prendre la vie du support Nevan en retour. Un début de partie très dynamique, qui continue à monter en folie, arrachant un cri des casteur et du public lorsqu’à 5min20, un Nocturne déjà niveau 6 pris 3 kills qui furent cependant trade par un doublé de Caps. 4-4 à 8 minutes de jeu, des flashs dans tous les sens, un Ryze et un Nocturne feed… la clown fiesta seraitelle donc-là ?

Malgré un très maigre avantage des Marines, s’expliquant principalement par la prise de la première tourelle et un meilleur farming, causé par des rotations répétées des joueurs Européens, les Fnatic restaient à très courte distance. La foule attendant, sans trop d’inquiétude le retour des FNC grâce à leur macro game supposée supérieure. Cependant, s’ils réussirent à prendre quelques kills sur des plays trop agressifs des Vietnamiens (on peut saluer ici la performance du toplaner Archie, qui en honneur à Darien se retrouva en 0/4), les Marines surprirent dans des rotations rapides les champions européens et détruisirent tours et Soaz (1/4, encore un hommage au Swaglord).

Nocturne étant feed (attention, ne lancez pas de soloQ demain sous risque de vous faire one shot par un Nocturne sauvage), toujours prêt à invade et à ulti, on put voir tout le potentiel du pick exotique de Levi. Les rotations des Fnatic étaient lentes, avec des joueurs forcés à se mouvoir en groupe qui étaient punis par la mort ou la perte de CD important (comme l’ulti de Ryze…) dès qu’ils se retrouvent out of position dans leur propre moitié de carte. Bénéficiant de deux ultimates semi-globaux et d’un mid très mobile, c’est à la 19e minute que les Marines firent le move décisif de la partie : sur une escarmouche pourtant engagée par les FNC, l’équipe vietnamienne réussit à survivre et à collapse plus rapidement. Se battant comme un seul homme, sans doute et sans frein (4 flash in aggressif en moins de 10 secondes… et encore Lulu n’avait pas de flash)… avec la Tristana de Noway prenant un triple kill et la prise rapide de l’inhibiteur botlane… noway pour les Européens de revenir. Seul un grossière erreur pouvait priver les Marines de la victoire. Mais, ce fut un excellent call nashor pour les Marines, les Fnatic plongés dans le noir par le manque de vision et l’ulti de Nocturne (un ulti encore plus multitâche que l’inspecteur gadget) ne purent que constater les dégâts… dans la continuité la botlane vietnamienne décida de se lancer dans un 2v5 pour piétiner les FNC avec une Tristana over-feed réalisant un quadrakill qui aurait pu finir en pentakill si Optimus n’avait pas décidé de troll (typiquement le joueur qui quand il TP veut au moins un kill)… Une game quasi-parfaite, une macro game étonnante, un énorme upset et peut être une belle promesse pour l’avenir.

 

Et Maintenant ?

 

Les Fnatic vont devoir nous montrer plus s’ils ambitionnent toujours de passer les poules. Avec leurs joueurs d’expériences, on peut espérer que piqué dans leur égo ils décident de réagir contre Immortals dès demain. Rien n’est encore joué, et si les Marines montrent un niveau de jeu similaire avec des stratégies aussi inattendues, ils sont capables de prendre d’autres games aux autres équipes de la poule. Si passer la phase de groupe reste encore un objectif ambitieux, sans s’enflammer ils ont le potentiel pour être les Albus Nox de cette année et montrer que les régions dites mineures, poussent également sur la scène compétitive.

 

Jour 2

Retour sur terre pour les Marines : le stomp de Lhongzu

 

Si l’équipe vietnamienne a hypé la première journée grâce à sa surprenante victoire face aux Fnatic dans cette édition des Worlds, les Lhongzu Gaming ont rappelé qu’ils se présentaient aux championnats du monde avec le seed 1 de la meilleure région du monde. Les Gygabyte Marines ne passent décidément pas beaucoup de temps sur scène puisque cette fois, leur game a duré moins de 24 minutes. Ce fut un stomp, une véritable leçon de jeu. Que peut-on bien dire de plus ? ?

Il est cependant toujours enrichissant d’analyser chaque partie (pro tip : faite le aussi en SoloQ). Le résultat n’est en soi pas une surprise : malgré leur brillante victoire la veille, les Marines faisaient aujourd’hui face à un véritable rouleau compresseur. Les Lhongzu Gaming forment une équipe d’un autre standing, qui peut se targuer d’avoir gagné leur dernier BO5 contre les légendaires SKT lors de la dernière finale des LCK. Dans cette équipe, on retrouve sûrement la meilleur Botlane du moment avec les expérimentés Gorilla et Pray, et le mid BDD semble enfin confirmer tout son potentiel, certains le classant comme second meilleur midlaner du monde, seulement devancé par le l’inclassable Faker. Enfin, les jusqu’alors moins connus Khan et Cuzz, ont impressionné durant le dernier segment des LCK. Le toplaner, jusqu’alors un habité des équipes de seconde zone s’est révélé au grand public en n’hésitant pas à porter sa team avec des picks carry en toplane malgré une méta plutôt orientée tank. Quant au jungler, jusqu’alors essentiellement joueur de SoloQ, il a semblé très à l’aise sur les différents picks méta du moment. Face à cette montagne, estampillée comme favorite du tournoi les Marines n’ont pas su surfer sur la vague et ont bu la tasse.

 

La phase des Pick et Ban

 

Le jungler des Marines Levi avait promis que son équipe gardait des stratégies surprenantes, après son Nocturne inaugural, pour la suite de cette compétition. C’est pourtant une première phase de ban relativement classique qui débute. Preuve que les équipes se sont étudiées mutuellement, les Longhzu retirent Lulu et Galio, deux pick victorieux de la veille, aux Gygabytes Marines. Ceux-ci décident en retour de ban entre autres la Talyah sur laquelle BDD avait gagné le jour précédent. Les picks furent aussi tout ce qu’il y a de traditionnel, avec des champions très appréciés des joueurs pros. Pray et Gorilla réussirent à sécuriser le couple Xayah/Rakan s’assurant une parfaite synergie en botlane. Dans la seconde phase, les équipes sécurisent tour à tour deux picks phares en Midlane. Côté coréen, Ryze confirma son taux de présence supérieur à 90% dans ce tournoi. Côté vietnamien, c’est l’infamous pick Lucian mid, capable d’être aussi utile qu’un Nasus en early game comme de solo porter sa team. C’est finalement le last pick qui a apporté le grain de folie promis : un instalock Mordekaiser. On notera que sa présence au worlds remonte à l’édition 2015, et que le dernier à l’avoir sorti n’est autre que le joueur coréen Arrow… en botlane ! Que va donner le revenant de fer sélectionné par le toplaner Archie ? Incontestablement moins dans la méta que le Gragas de Khan, la compo double ADC pouvait justifier un champion avec des dommages magiques pour équilibrer (cependant un Rumble ou un Kennen pouvaient être tout aussi légitime). Dans tous les cas, les Marines persistent à apporter de l’exotisme, ce qui nous fait tout de même plaisir.

 

La revanche de la métagame?

 

Terme sur-utilisé dans l’esport, il désigne l’ensemble des stratégies, méthodes, orientations des joueurs qui ne sont pas prescrites et écrites dans les règles du jeu lui-même mais qui sont issues de l’expérience et des analyses de ces joueurs. Cependant, les Marines ont décidé de s’assoir dessus royalement : les phases de lanes classiques sont en sang, avec une organisation très originale. Un midlaner sur la toplane, un ADC sur la midlane, un support et un toplaner dans la jungle pour double jungle pendant que le jungler se dirige dans la jungle adverse… une configuration osée pouvant déstabiliser les meilleures équipes. Et pourtant, les Coréens sûrement préparés aux stratégies cheesy de leur adversaire sont ceux qui se montrent proactifs : un dive minute 3 couplé à une TP (très) discutable du Mordekaiser… Les Longzhu sont à trois kills avec en prime le First Blood et la première tourelle. Cadeau de bienvenu pour Morde, déjà en 0/2. Archie semble se détacher comme le maillon faible des Gygabytes. Le bulldozer était lancé, suite à des phases de jeu maîtrisées par les Coréens, des Marines souvent approximatifs et out of position, Cuzz (14 de KDA) et ses coéquipiers n’eurent aucun mal à finir cette partie. Ce fut propre, comme en témoigne un Nashor pris dès la minute 20. Les Marines qui nous avaient habitués à des bains de sang durent attendre la 18e minute pour gratter un kill. Ils finirent la partie avec seulement deux petits kills, 0 tour et 0 dragon. Archie sur son Mordekaiser n’a pas vraiment convaincu… finissant en 0/8/0 (score valable d’un report en soloQ) et avec sensiblement autant de dommages que son support (qui n’était pourtant ni un Brand, ni une Zyra). On saluera la performance de Noway, l’adc des Gygabytes Marines qui réussit à éviter la mort dans cette partie (ou sinon on appelle ça un KDA player). Les Marines ont été largement inférieur dans le plan de jeu mais également sur le plan individuel avec trop d’erreurs pour espérer mieux.

 

Et maintenant une journée de pause

 

La rotation de la programmation octroie au groupe B une journée de pause. Ce qui semble tomber à pic pour les Marines, qui vont avoir le temps de réfléchir à la meilleure stratégie pour leur prochain match face aux Américains Immortals. On souhaite bonne chance à ces derniers pour préparer leur match. Avec les deux games très courtes qu’on offert les Marines (1W/1L) il n’y a pas beaucoup de matériaux à analyser. Sans nul doute que les Vietnamiens vont persister dans des stratégies early game osées pour surprendre leur adversaire et leur imposer un rythme et un style de jeu inconfortables. Les Américains ne disposent pas de l’expérience et de la solidité de Longhzu, et vu les difficultés qu’ils ont eues pour vaincre Fnatic, tout espoir est permis. Cependant, Gygabyte Marine devra faire attention au Jungler Xmthie et au midlaner Pobelter, qui brillent plus par leur macrogame que leurs skill individuel.
Et pour aujourd’hui, on se contente de report massivement Archie pour « Int » et on souhaite que les Marines soient dans un meilleur jour pour proposer une véritable opposition dimanche !

 

Jour 3

Fin de la première semaine : les Gygabytes Marines en mauvaise posture

 

Les Gygabytes Marines troublions du groupe B faisaient aujourd’hui face à l’équipe américaine Immortals. Moins solide que Longhzu Gaming, pour garder leur fol espoir de qualification intact il fallait pour Levi et ses coéquipiers gagner et s’assurer une bonne transition vers la semaine 2. C’est cependant bien l’équipe Immortals, après un match relativement lent mais totalement maîtrisé qui a raflé la mise. Les Marine n’ont jamais réussi à entrer dans le match et à imposer leur rythme agressif basée sur les escarmouches, si ce n’est sur la counter invade qui leur a donné le First Blood. Premier move mais dernier move réussit de la part de l’équipe vietnamienne cependant qui fut condamner à perdre à petit feu.

Dans ce groupe B où les Longhzu sont intouchables et sans pitié, chaque point compte entre les trois autres équipes. Les Immortals sont une équipe solide et l’ont montré dans cette confrontation. Si les Fnatic sont réputés pour se montrer proactifs sur la map et créer des situations de jeu explosives durant lesquelles ils excellent, les Immortals se montrent bien plus mesurés et calculés dans leur approche du jeu. Si au début de l’histoire de la structure l’équipe proposait un jeu spectaculaire avec des joueurs plus exubérants comme Holo Holo Huni, Adrian (alias Soraka-man) ou Wildturtle (toujours prêt à flash in de manière agressive et sans raison apparente), l’équipe après plusieurs rotations a opté avec succès pour un style plus froid. Flame (top), Xmithie (Jungle) et Pobeleter (Mid) sont des joueurs d’expérience qui ont tous un vécu aux Worlds, mêmes peu concluants. Cody Sun (ADC) est moins expérimenté mais a montré des réels progrès depuis ses débuts dans l’équipe, où il était souvent critiqué. Il peut de plus compter sur Olleh (support), voyageur des temps modernes qui est désigné comme le playmaker de l’équipe, n’hésitant pas à sortir des champions à fort potentiel d’engage (Tresh, Bard, Rakan) tout en maîtrisant les supports orientés shield et heal de la méta. Un playmaker qui ne feed pour autant pas comme Sardoche.

 

Les phases de pick et ban

 

Parmi les 6 premiers bans, on notera que les Immortals bannirent Sion sans raison apparente, un champion qu’on n’a plus vraiment l’habitude de voir à l’oeuvre (si ce n’est sur le stream de Corobizar). Peut être également un signe de la faiblesse du top Archie, ils ont également ban le Jayce que Flame avait joué la journée précédente. Un pick dominateur pouvant chain-kill son match up une fois devant et atteindre le Flame horizon en spilt push. Dans tous les cas, les deux équipes se focalisèrent sur la botlane. Les américains mirent la main sur le duo Xayah/Rakan que les Marines avaient laissé totalement open une seconde fois en deux jours. Pour faire face à ce duo complet à synergie optimale, les Vietnamiens mirent leur priorité sur Kog Maw-Lulu, plaçant d’emblée leurs espoirs sur leur AD carry Noway. Dans la seconde phase, souvent pleine de surprise lorsqu’il y a les Marines, les Américains respectèrent Optimus en bannant ses deux derniers champions : Lucian et Kassadin. Les

Marines, confirmèrent leur peur de voir Archie se faire bully en retirant Gnar. Levi confirma de nouveau son exotisme en jouant un troisième champion en trois game, et sortit le premier Kayn de l’histoire des Worlds. A noter également, sans plus trop nous étonner que la Lulu de Nevan, joua une nouvelle fois sans flash. Au final, compliqué de déterminer un vainqueur de cette phase de pick et ban. Autant la composition Immortals, équilibrée, est basée sur des champions solidement ancrés dans la métagame, autant les Gygabytes ont réussi à se réserver des top champions du moment (Cho Gath, Ryze) tout en gardant des picks à risques pouvant potentiellement carry le match (Kog Maw et Kayne).

 

Une counter invade réussi et puis… pas grand-chose

 

En soloQ il n’est pas rare de voir des tentatives de cheese, à base de Blitzkrank, Morgana ou Thresh, pour prendre le dessus sur son adversaire en bénéficiant d’un effet de surprise. En compétition, on a généralement une phase d’attente qui consiste à bien garder le contrôle des entrées de sa jungle. Cependant, les Immortals décidèrent d’invade la jungle ennemie… à 4 (report Flame, le fameux AFK clope/AFK toilette de début de game). Ils se firent totalement punirent, puisqu’au final, ce sont les Vietnamiens, restés en bloc qui retournèrent la surprise, bien alertés par une early ward intelligente. Ils y gagnèrent le First Blood, 3 Flash des adversaires et surtout une énorme clameur du public Chinois (GAM ! GAM ! GAM). Cependant, les GAM n’ont par la suite, pas réussi à faire grand-chose. Levi a bien tenté de counter jungle Xmithie, de manière insistante. Cependant ce dernier n’a jamais paniqué, n’est jamais mort et a intelligemment attendu son heure quitte à perdre de l’ XP. Une décision qui a payé sur le long terme, puisque Levi, incapable de trouver l’ouverture ne réussit à obtenir la transformation de Kayn qu’à la 22e minute. On désire l’avoir en général bien avant, et à ce moment-là, la partie était déjà bien mal embarquée pour les Marines.

Les Immortals, passé le coup de chaud des premières minutes offrirent un lent snwoabll qui leur assura la victoire. Ils abusèrent de l’absence de Flash de Lulu pour la tuer à plusieurs reprises avec les appuis de leur jungler et de leur toplaner. Ce qui leur donna assez de marge de manoeuvre pour prendre le contrôle des objectifs (dragons, Héraut et tours) et le lead aux golds. Derrière, les Marines tentèrent bien de créer de se créer des opportunités. Cependant, trop en retard, ils ne purent engager de teamfights de manière propre, et à chaque échec, l’écart gold grandissait. Une brève lueur d’espoir brilla chez les Marines lorsqu’Archie mangea une Syndra quelque peu hors de position (free Stack !), mais l’écart était déjà trop significatif pour que cela ait un impact sur le déroulement du match. Mettant à profit le Nashor pris à deux reprises, les Américains n’eurent aucun mal à enfoncer les la base adverse. Les Marines, recroquevillés ne purent que subir, perdirent leurs trois inhibiteurs puis leur Nexus.

 

Un rythme de jeu trop lent et des adversaires trop solides

 

Les Marines aiment le sang et les escarmouches. Mais cette game fut frustrante pour eux, puisque les Immortals, bien trop propres dans leur plan de jeu et leurs rotations ne laissèrent rien au hasard. Faisant très peu d’erreurs et prenant peu de risques, mise à part sur leur invade ratée, ils montrèrent un visage très solide. Lorsque Levi ne trouve pas l’ouverture, les GAM semblent à court de solution (tout de même présent sur tous les kills de son équipe aujourd’hui). Sans vraiment mal jouer, ils ne furent jamais en position d’inquiéter leurs adversaires. On pourrait, avec raisons s’interroger sur la plus-value réelle de la Lulu sans flash qui offrit des kills importants en early game et du bien fondé de laisser Xayah/Rakan ouvert à ses adversaires. La première semaine est finie et les Américains méritent leur seconde place du groupe. Pour les Marines, la qualification s’éloigne et on peut espérer au mieux pour eux, un tie breaker pour la seconde place. Pour cela, il faudra déjà battre de nouveau les Fnatics, certes moribonds, mais qui ont assez d’ego pour ne pas finir fanny lors de ce mondial et jouer à fond leurs maigres chances de qualifications.

Laisser une réponse